Aller en Ethiopie

Après être allés une 1ère fois en Éthiopie en 2006 pour y découvrir le volcan Erta Alé, le site de Dalol, ainsi que la ville de Lalibela et ses nombreuses églises,

Al c do4 32 copie Al c do3 18 copie

 

 

 

 

 

Al c do2 10 copie

 nous souhaitions y retourner pour approfondir notre connaissance de cette région nord avec sa culture religieuse si grande, ses habitants si attachants, sa géographie si tourmentée, mais aussi pour voir le sud, les lacs de la vallée du Rift, et les grands parcs nationaux.

Ainsi dans l’automne nous avions entrepris de dessiner notre circuit: le sud avec le P.N. d’Awash, les lacs de Ziway, Langano, Abijata, Shalla, Chamo, les P.N. de Nechisar et Balé et le nord avec comme point d’ancrage la fête de Timkat les 18 et 19 janvier, les villes de Axoum, Gondar, Bahar Dar, Le P.N. du Simien. Un grand tour donc avec des choix difficiles à faire : vouloir pouvoir s’arrêter quand et où on veut, visiter les marchés, voir des animaux, et notamment des oiseaux…. avec malgré tout la pression des dates, les kms à parcourir, avec quel véhicule ?!!! Nous avions du mal a nous mettre d’accord !!

Nous prenions alors contact avec  l’agence « géo-découverte » à Genève qui s’est penchée sur notre projet et a conçu pour nous ce qui allait être un voyage magnifique. Il faut dire que Monsieur Luigi CANTAMESSA, son fondateur est peut-être le plus grand connaisseur de l’Éthiopie, qu’il vit et travaille dans et pour le pays depuis plus de 30 ans.

Et vraiment nous ne regrettons pas notre choix  car en très peu de temps des solutions ont été trouvées, avec notamment le fait de voir la fête de Timkat ailleurs que dans une grande ville du Nord,  ce qui nous permettait d’être « à contre-sens » par rapport aux circuits traditionnels du Nord, avec un vol de liaison Addis / Mekele, tout en gardant le même chauffeur (qui lui devra faire 3 jours de route pour nous rejoindre dans la Gueralta) et la certitude de pouvoir passer suffisamment de temps dans les P.N., même si les trajets seraient longs dans le sud mais les routes sont y très bonnes. Nous sommes donc partis plein d’enthousiasme le 2 janvier pour 28 jours de découvertes.

Nous avons eu la chance, le privilège d’avoir pour chauffeur, guide et très vite complice et ami, Ashelum, véritable puits de connaissances, mère poule, grand négociateur, optimiste invétéré  ce qui nous a permis de belles rencontres, de belles découvertes tant pour la faune, la flore, les habitants car depuis près de 20 ans il sillonne ce pays. Nous passerons ainsi avec lui 4 semaines entières tellement enrichissantes et pleines de rires.

 130127_218 ethiopie_gouzarat_totte-globers_Ashelum

Un très très grand merci donc à Ashelum, à Luigi CANTAMESSA qui nous a chaleureusement reçu dans son campement au milieu de la gueralta, ainsi qu’à mesdames ROLLIER et INAUDI-ZENONE  qui depuis Genève ont participé à la construction de ce périple.

Parlons tout d’abord de notre découverte du Sud de l’Éthiopie où nous avons passés les 2 premières semaines de notre voyage avec toujours des stops de 2 nuits au même endroit au minimum de façon à prendre notre temps pour apprécier chaque lieu traversé.

Nous avons commencés par aller à la découverte du Parc national (P.N.) d’Awash à l’est d’Addis, sur la route de Djibouti. Ce parc fut au temps du Négus  sa réserve de chasse et il est connu également pour les très belles chutes d’eau de la rivière Awash,

130105_291 ethiopie_awash_faune_mammifères_babouin 130107_242 ethiopie_paysages_awash_cascades

 

 

 

 

 

ainsi que par les sources thermales qui s’y cachent. Aller voir ces sources d’eau chaude vaut vraiment la peine, car elles sont loin de tout, et qu’on passe d’un milieu sec et aride à une zone très verte avec de grands palmiers, beaucoup d’oiseaux, c’est très sympa.

130106_207 ethiopie_paysages_awash_filoweha_eau chaude 130106_214 ethiopie_paysages_awash_oasis filoweha

 

 

 

 

Comme pour tous les P.N. en Ethiopie  le parc d’Awash souffre beaucoup de la pression pastorale avec de très gros troupeaux de vaches gardées par les Afars, de la présence des chiens des bergers qui sont vecteurs de maladies ce qui fait que la faune sauvage est en forte régression. Ce qui n’empêche pas la rencontre avec de beaux spécimens.

130105_356 ethiopie_awash_faune_mammifères_chacal à chabraque130106_451 ethiopie_awash_faune_mammifères_oryx

 

 

 

 

 

130106_420 ethiopie_awash_faune_oiseaux_rollier à longs brins 130105_371 ethiopie_awash_faune_oiseaux_autour

 

 

 

 

 

Nous rebrousserons chemin jusqu’à Nazareth pour ensuite descendre plein sud, en direction du Kenya le long de la grande faille (le rift africain) à la découverte d’une chaîne de lacs plus ou moins profonds, plus ou moins salins, plus ou moins encaissés .

Le 1er sera le lac Ziway qu’hélas nous négligerons un peu alors que c’est là que nous verrons le plus d’oiseaux, que nous aurons le meilleur contact avec la beauté de ces lacs mais ceci nous ne le découvrirons que plus tard… En tout cas nous recommandons vivement un arrêt prolongé sur ses rives.

130104_60 ethiopie_paysages_ziway_lever de soleil - Copie 130104_68 ethiopie_habitants_ziway_pêcheur

 

 

 

 

 

130104_173 ethiopie_faune_oiseaux_herons garde-boeufs - Copie 130104_122 ethiopie_faune_oiseaux_marabout - Copie

 

 

 

 

 

Tout au long de la route nous croiserons les charrettes tirées par les ânes des paysans allant ou rentrant des marchés, ces lieux incontournables où toute la vie économique et sociale se passe.

130103_22 ethiopie_marché 130103_23 ethiopie_habitants_marché

 

 

 

 

 

130109_36 ethiopie_habitants_vers le marché 130109_70 ethiopie_habitants_chargement de maîs

 

 

 

 

 

Le lac Langano, ensuite, un peu la piscine d’Addis (car c’est le seul où l’on puisse se baigner sans risques)  ne présente pas beaucoup d’intérêt si ce n’est sa couleur chocolat  et son beau lodge qui le surplombe et qui offre la possibilité de voir de beaux oiseaux attirés par les arbustes plantés et le gazon bien vert !

130108_323 ethiopie_langano_le lac 130108_743 ethiopie_langano_faune_oiseaux_spréo superbe

 

 

,

 

 

Ensuite viennent les lacs Abijata et Shalla qui,  jusqu’à ces dernières années,  étaient un paradis pour les ornithologues, mais qui, aujourd’hui, sont beaucoup moins fréquentés par les oiseaux à cause des excès de pompage pour irriguer les champs de coton et autre canne à sucre ce qui a modifié la salinité de l’eau et fait fuir les milliers de pélicans qui peuplaient ces lacs. Seuls les flamants roses sont restés.

130108_294 ethiopie_paysages_lac de shalla 130108_727 ethopie_shalla_faune_oiseaux_flamants rose

 

 

 

 

Nous découvrirons également au bord du lac Shalla des sources d’eau chaude très appréciées des habitants aussi bien pour la lessive, que pour la cuisine. Sources appréciées également par les troupeaux et la faune sauvage pour ses apports en minéraux.

130108_298 ethiopie_paysages_shalla_sources chaudes

Ces 2 lacs sont intégrés au sein d’un parc national dont l’entrée est contrôlée par un gardien pas ordinaire…

130108_266 ethiopie_shalla_faune_oiseaux_autruche

 

Comme d’habitude c’est accompagné d’un ranger que nous pourrons y entrer et apercevoir phacochères, gazelles et autres calaos mais pas de grands koudous,ni de hyènes, ni de chacals qui seraient également présents.

130105_325 ethiopie_awash_faune_mammifères_phacochère 130108_638 ethiopie_shalla_faune_mammifères_gazelle de thomson

 

 

 

 

 

130108_682 ethopie_shalla_faune_oiseaux_calao à bec rouge

Les moissons viennent de finir et nous sommes en pleine période de battage des céréales ; c’est un vrai spectacle que de voir partout des ânes, des bœufs ou des chevaux tournés sur place pour fouler les gerbes, les paysans lancer en l’air les graines pour séparer le son de la graine et cela sans autre bruit que celui des enfants qui jouent autour, des adultes qui dirigent les animaux.

130103_12 ethiopie_habitants_foulage des céréales 130104_223 ethiopie_habitants_paysans_homme et son âne

 

 

 

 

 

130104_200 ethiopie_habitants_paysans_homme au vannage 130104_103 ethiopie_habitants_vannage des céréales

 

 

 

 

 

Ce sera ensuite le lac d’Awasa, son coucher de soleil très photogénique,

130111_451 ethiopie_paysages_lac awasa_coucher de soleil

 

son grand marché aux poissons. Nous n’aurons pas la chance de voir les pêcheurs rentrer avec beaucoup de poissons mais c’est un vrai spectacle que de voir les innombrables oiseaux se bagarrer pour avoir la meilleure place et gagner facilement un repas!

130112_119 ethiopie_awasa_habitants_rentrée des pêcheurs 130112_477 ethiopie_lac awasa_habitants_paysages_retour de pêche

 

 

 

 

 

130112_500 ethiopie_lac awasa_faune_oiseaux_pelican blanc 130112_523 ethiopie_lac awasa_faune_oiseaux_ombrette du senégal

 

 

 

 

 

la ville de Arba Minch sera le terme de notre descente vers le sud de l’Éthiopie. Elle est « coincée » entre 2 lacs: Abaya et Chamo et comme pour toutes les villes actuellement elle est en pleine expansion: les constructions surgissent de partout sans véritable cohérence, les réseaux d’eau potable sont installés  ce qui pour nous les touristes est plus source de désagréments qu’autre chose; en tout cas nous n’aurons trouvé aucun intérêt à toutes les villes traversées.

130110_83 ethiopie_arba minch_paysages_lac abaya_coucher de soleil 130110_373 ethiopie_paysages_arba minch_lac abaya_crepuscule

 

 

 

 

 

Le lac Chamo abrite de grandes population de crocodiles, d’hippopotames, d’oiseaux pêcheurs de toutes sortes que l’on peut voir d’assez près pour peu qu’on aille se balader en bateau sur le lac, ce que nous ne manquerons pas de faire avec plaisir.

130110_116 ethiopie_lac chamo_faune_reptiles_crocodile 130110_201 ethiopie_lac chamo_faune_mammifères_hippopotame

 

 

 

 

 

130110_305 ethiopie_lac chamo_faune_oiseaux_pelicans blancs 130110_353 ethiopie_lac chamo_faune_oiseaux_aigle pêcheur

 

 

 

 

 

Nous profiterons de cette croisière pour aller marcher un peu, toujours accompagnés d’un ranger, dans le P.N. de Nechisar, dans l’espoir de belles rencontres, mais nous ne croiserons que des troupeaux de zèbres ainsi que quelques gazelles, eux aussi subissant la pression des éleveurs qui ont le droit de pâturer dans le parc !

130110_132 ethiopie_nechisar_faune_mammifères_zèbre 130110_134 ethiopie_nechisar_faune_mammifères_zèbre

 

 

 

 

 

En rebroussant chemin, non loin de la ville d’Arba Minch nous ferons un crochet par le pays  Dorze : ce peuple tisserand construit des huttes particulières, très hautes (jusqu’à 12m)qui ressemblent un peu à la face d’un éléphant mais c’est assez décevant car en fait vous visitez au pas de course un pseudo village exhibition, mais bon…

130111_91 ethiopie_chencha_architecture_cases dorzé 130111_384 ethiopie_chencha_habitants_femme au foyer

 

 

 

 

 

Autant les villes sont sans intérêt, autant la campagne offre une vision de la vie très spectaculaire. En se rapprochant des hautes terres Oromo on retrouvait les habitats traditionnels, les fermes isolées, le labour avec les bœufs,

130112_584 ethiopie_paysages_campagne arsi 130112_156 ethiopie_paysages_contreforts de balé

 

 

 

 

 

130112_560 ethiopie_architecture_case paysanne 130112_559 ethiopie_habitants_jeune laboureur

 

 

 

 

et  au pied  des montagnes de Balé nous nous sommes arrêtés sur le marché de la ville d’Adaba: fabuleux ! Tellement grand, riche de couleurs, de produits de toutes sortes venant de la région: poterie, légumes, ânes…. malgré un accueil assez réservé, parfois un peu hostile, nous avons dû nous faire violence pour le quitter après plus d’une heure à le découvrir. C’est vraiment un marché à visiter !

130112_148 ethiopie_adaba_marché_vendeuses de légumes 130112_602 ethiopie_adaba_marché_marchandes

 

 

 

 

 

130112_617 ethiopie_adaba_marché_vendeuse huile 130112_625 ethiopie_adaba_marché_vieil homme

 

 

 

 

 

 

 

Et voilà nous étions arrivés à Goba, en plein cœur du P.N. de Balé , un peu notre Graal, ce parc si particulier avec sa flore et sa faune si rares.

Et notre arrivée commençait fort puisque aussitôt après avoir passé les panneaux indicateurs du Parc nous apercevions en lisière de forêt nos 1ers Nyalas!!!! les 2 jours et 3 nuits que nous allions passer ici s’annonçaient bien

Notre 1ere journée fut toute entière consacrée à une randonnée à pied à la recherche des Nyalas aussi bien dans les plaines vallonnées, qu’en forêt et vraiment nous avons vécu de très grands moments ! Ainsi être assis dans l’herbe à moins de 50m d’une antilope qui a le gabarit d’un cerf et qui vous toise de haut, droit dans les yeux c’est quelque chose !

130113_296 ethiopie_balé_faune_mammifères_nyala femelle 130113_36 ethiopie_balé_faune_mammifères_nyala

 

 

 

 

 

130113_273 ethiopie_balé_faune_mammifères_nyala femelle et son faon 130113_192 ethiopie_balé_faune_mammifères_nyala

 

 

 

 

Voir les Nyalas dans les herbes hautes est déjà magique mais quand vous avez la possibilité de les voir se faufiler entre les pins et autres grands arbres en forêt c’est bluffant ! Tout comme peut être la rencontre fortuite avec un phacochère…

_130113_324 ethiopie_balé_faune_mammifères_nyala 130113_334 ethiopie_balé_faune_mammifères_phacochère

 

 

 

 

 

Et le lendemain matin en route pour le plateau de Zanetti, à 4000m d’altitude,  à la rencontre de cette végétation si particulière, dans un milieu très inhospitalier à cause du froid, de l’altitude, des grands espaces ouverts. Là on peut voir les bruyères arborescentes, les coussins gris argentés des helichrysum, et surtout ces lobélias géants plantés là dans ce désert de pierre rouge c’est magique!

130114_70 ethiopie_balé_paysages 130114_47 ethiopie_balé_paysages

 

 

 

 

 

Il y « aurait » environ 500 loups dans le parc de Balé, la plupart sur ce site du plateau de Zaneti ce qui est beaucoup moins qu’une fois puisque cet animal endémique à l’Éthiopie subit en plein la pression des pasteurs et autres éleveurs qui vivent dans le parc et qui, avec leurs chiens, ont introduit un certain nombre de maladies fatales au loup.

Alors à  notre question de savoir si on aurait la chance de voir des loups d’Abyssinie, Ashelum répondait que oui bien sur, qu’il suffisait d’ouvrir les yeux, et d’attendre qu’il vienne vers nous !!

Et nous aurons la chance de voir des loups, mais en plus de les voir boire dans une mare ce qui est rarissime, de voir des adultes jouer devant la voiture et surtout de voir débouler devant nous des louveteaux juste sortis de leur tanière ! On n’en revient toujours pas de la chance que nous avons eu !!

130114_137 ethiopie_balé_faune_mammifères_loup d'abyssinie 130114_178 ethiopie_balé_faune_mammifères_loup d'abyssinie

 

 

 

 

 

130114_243 ethiopie_balé_faune_mammifères_petit loup d'abyssinie 130114_209 ethiopie_balé_faune_mammifères_loup d'abyssinie

 

 

 

 

 

A ne parler que du loup il ne faut pas oublier les autres habitants de ce désert avec en premier lieu celui qui est la seule et unique denrée croquée par ce loup : la souris

130114_111 ethiopie_balé_faune_mammifères_souris

 

ni les oiseaux toujours très discrets,

130114_43 ethiopie_balé_faune_oiseaux_buse augur 130114_36 ethiopie_balé_faune_oiseaux_francolin

 

 

 

 

ni le très fuyant oréotrague, cette petite antilope de rochers.

 

130114_15 ethiopie_balé_zaneti_faune_mammifères_oréotrague

Notre boucle du Sud Éthiopien était terminée et nous laissait bien entendu avec des souvenirs innombrables car en plus de la faune nous avions tout au long de la route assisté à des scènes de vie extraordinaires, nous avions passés des villages magnifiques, nous avions rencontré un peuple pas toujours très facile d’approche, mais un peuple qui marche sur les routes, tout le temps, partout, par centaines ; C’est vraiment le plus frappant : tellement de gens le long des routes qui marchent pour aller au marché, pour aller à l’école, pour aller…….

D’après Ashelum le nord sera très différent : les habitants beaucoup plus sympas car chrétiens et non musulmans, les rencontres plus faciles, les paysages tout autre mais les routes beaucoup plus difficiles car en travaux, en mauvais état. Et puis il y aura la fête de Timkat qui est le souvenir du baptême de jésus et qu’on devrait fêter à la campagne plutôt que dans une grande ville. Donc encore tellement de découvertes à faire……

Alors à tout bientôt pour continuer notre découverte de l’Éthiopie, berceau de la chrétienté.

 

 

 

 

9 Comments

  1. Françoise de Luigi de Korkor |

    Magnifique, Patrice ! Ces très belles images m’ont permis de découvrir une autre Éthiopie que je ne connais pas très bien puisque je ne suis pas allée au-delà de 350km au Sud d’Addis.
    Claude et toi avez eu la chance de faire de superbes rencontres avec cette faune si riche et la très belle nature. De nouveau, de grands moments d’émotion, j’imagine, que tes commentaires rendent d’ailleurs très bien. Merci de partager avec nous votre enthousiasme, communicatif. Luigi et moi nous réjouissons de découvrir la seconde partie de ton reportage.
    Ravie, par ailleurs, d’avoir découvert ce blog qui nous permet de partager vos nombreux périples ! Merci.

  2. Merci de nous faire partager votre beau voyage, vos émotions et vos découvertes, on attend avec impatience la suite…..

  3. superbe que de beaux paysages et de belles bêtes je comprends que vous devez en avoir eu plein les yeux

  4. En un mot SUPERBE ça c’est un voyage,tu devrais venir nous le montrer à la société Zoologique je suis sur que tu aurais beaucoup de succès.Je vais en parler à Michel Jaussi notre président.

  5. Votre blog est vraiment riche en informations, c’est super. Grâce à lui, j’ai eu un déclic. D’ailleurs je vais tout de suite en parler à mon mari et programmer un voyage à destination de l’Ethiopie. J’aimerais bien visiter cette fameuse source chaude ainsi que le parc national d’Awash. Toutes vos photos illustrent bien la vie sauvage dans ce magnifique pays, c’est le dépaysement total !!!

    • Bonjour à vous; Je suis très heureux si j’ai pu vous inciter à franchir le pas et vous décider à visiter ce magnifique pays qui merite plus qu’un bref séjour tant il y a de choses à découvrir. Je ne pense qu’a une chose : y retourner en octobre (2013 ou 2014!!!) après la saison des pluies pour voir le pays se teindre en vert. Si vous avez besoin d’infos, de petits trucs surtout n’hésitez pas à prendre contact nous nous ferons un plaisir de vous repondre.

  6. Oh là là qu’est ce que c’est beau! vous avez bien fait d’y retourner! l’Éthiopie regorge de richesses, tant humaines que naturelles avec une grande diversité culturelle, et une faune et une flore incroyable. Peu de gens osent se lancer dans un voyage en Éthiopie, il reste dans leur esprit trop de craintes et d’aprioris et c’est dommage car le pays est prêt à vous accueillir à bras ouverts.

    Marion

    • C’est toujours un vrai plaisir que de découvrir un message sympa venant d’un visiteur inconnu mais qui a pris son temps pour parcourir notre site. Je suis d’autant plus flatté que vous connaissez bien ce pays puisque vous le « vendez » j’espere qu’il sera un peu un aiguillon pour quelques uns de vos clients qui hésitent encore avant de partir. Encore merci à vous Marion.

  7. Superbe article qui donne très envie d’aller en Ethopie, et qui pour une fois met en valeur ce très beau pays. Bravo!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *