L’arche de Noé

10 Janvier

Après une nuit très reposante à Plantation Lodge, nous reprenons la piste en direction de l’entrée de la zone de conservation du Ngorongoro pour aujourd’hui descendre dans le cratère. Tellement de monde veut y aller qu’il a fallu en limiter l’accès à 6h par véhicule. Après discussion avec Khassim nous décidons d’y passer l’après-midi de façon à pouvoir profiter des belles lumières d’après 16h et peut-être d’avoir moins de véhicules!!.

Après 1h d’attente à l’entrée pour obtenir notre sésame et quelques km de montée nous arrivons au point de vue sur le cratère; c’est vrai que c’est impressionnant: 20km de large, 600m de dénivelée. On aperçoit un lac, des forêts et de grandes surfaces plutôt sèches alors il nous tarde de voir cela de plus près.

 

 

Il nous faudra encore 45mn de voiture en longeant la crête pour enfin descendre de manière abrupte dans le cratère. Surprise! il y a une poussière d’enfer, c’est très sec alors qu’il y a plu il y a 2 semaines. Il ne faut pas se tromper de direction si on veut en voir le maximum sans trop manger de poussière!!. A peine engagés nous voyons tout près de nous nos 1er buffles recouverts de boue sèchée, avec des cornes énormes; ils sont impressionnants.

Au détour de la piste nous voyons soudain apparaitre la tête d’une jeune hyenne qui prudemment regarde autour d’elle avant de sortir; c’est amusant!

 

Nous croisons un peu plus loin des outardes en pleine parade amoureuse; qu’elle différence entre la femelle très élancée et le mâle qui se pavane en gonflant son plumage; c’est vrai qu’il a de l’allure le bougre!

        

 

Notre route croisera ensuite celle de gnous,

celle de bébés zèbres au pelage un peu jaune, très feu-follet, courant dans toutes les directions, peureux mais si drôles.

tout comme les familles de phacochères à la fois curieuses et craintives,.

 sans oublier les gazelles de Thomson, les gazelles les plus élégantes

 Au fur et à mesure que l’on se rapproche des zones marécageuses on rencontre de plus en plus d’oiseaux comme ces ibis sacrés,

ces pintades,

 ces grues couronnées si gracieuses!.

Et oh! surprise notre 1er lion ! Mais dans une posture pas très flatteuse !!!!

Et nous resterons à proximité pendant près de 30mn pour peut-être le voir un peu mieux, mais rien ! il faut dire que l’endroit était confortable : de l’herbe tendre, de l’ombre apportée par les roseaux alors pourquoi s’agiter hein !!

Les heures passant Khassim a incurvé notre route pour gentiment nous rapprocher de la sortie car il fallait impérativement être en haut du cratère pour 18h30.

Comme toujours alors que la lumière devenait plus chaude nous avons fait La Rencontre en débutant la remontée du cratère : dans le talus, masquées par les hautes herbes, nous avons vu s’agiter 1,2,3 queues, oreilles de lionnes alors nous avons attendu qu’elles veuillent biens se redresser, allongées, alanguies qu’elles étaient, un peu assommées par la chaleur. Et le temps passait et Khasim qui s’agitait sur son siège : allez encore 10mn, allez encore 5mn!!!!! et puis en voilà une qui s’assied, une autre qui s’étire et voilà enfin un joli portrait mais maintenant il nous faut vraiment partir!!!!!!

On se regarde Claude et moi mesurant la chance que l’on a eu, avec du plaisir plein les yeux en admirant le paysage qui nous entoure, et nous arrivons à la barrière qui ferme l’accès au cratère en même temps que les gardes qui viennent mettre le cadenas :il est 18h45 !!

Cette nuit nous la passerons dans un immense lodge situé sur le flan est du cratère et nous pourrons ainsi assister au coucher et au lever du soleil sur ce qui est « un peu » l’arche de Noé.

1 Comment

  1. Waouh !!!!!!!!!
    LA chance ………

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *